"A SKY FULL OF STARS"

S'il y a bien une excursion photographique nocturne que je retiendrais de ma jeune carrière de photographe, c'est bien celle-là. Tout était parfait, du début à la fin.



L'histoire de cette sortie remonte en fait 4 jours auparavant. Je décide d'aller réaliser (photographiquement) l'ouverture du Col du Tourmalet. Mon ami Régis Parrens doit me rejoindre dans le courant de la soirée et l'idée de base était de faire le coucher de soleil, de dormir dans la voiture afin d'attendre 3h du matin pour la photographier.

Mais par manque de motivation, je n'attends pas et rentre dès la nuit tombée.


Les jours suivants, le ciel est bouché, il est donc impossible de photographier la voie lactée, même à haute altitude.


Nous attendons donc quelques jours afin que les conditions soient les meilleures.

Dimanche 5 mai 2019, le soleil est au rendez-vous toute la journée. Très peu de nuages sont présents. En toute fin de journée, je contacte Régis pour lui proposer d'aller photographier la voie lactée. On se met d'accord pour rejoindre la Hourquette d'Ancizan.


Nous n'irons pas dormir là haut cette fois-ci. Nous nous couchons très tôt afin de profiter de quelques heures de sommeil avant la longue nuit qui nous attend.


Le réveil sonne à minuit. Nous nous rejoignons vers 2h du matin sur le petit parking de la Hourquette.

Après un café, nous montons. Nous suivons le sentier pour atteindre un petit col au dessus. La nuit est bien noire, la lune étant absente et nos frontales nous aident à progresser. La température est de -4°. Malgré les gants nous le sentons bien !


Nous restons une bonne heure sur ce spot, la voie lactée se fait de plus en plus présente et son bulbe est de plus en plus visible au fil des heures.


Régis Parrens en plein shooting de la voie lactée

Light-painting sous la voie lactée

Difficile de rester immobile durant les 20 secondes d'exposition.

Nous décidons ensuite de rejoindre le lac de Payolle, quelques centaines de mètres plus bas. On envisage de réaliser encore des photos de la voie lactée en incluant cette fois-ci le lac et le sommet de l'Arbizon.

Nous arrivons vers 3h30 du matin, une légère brume danse sur le lac et l'humidité est bien plus importante qu'à la Hourquette.

Conséquence : de l'humidité se dépose sur nos lentilles, et nous devons régulièrement nettoyer celles-ci. Il fait -2°.


La voie lactée au dessus du lac de Payolle

Vers 4h30, Régis s'en va, je reste seul devant le lac et décide d'aller inclure le ponton dans ma composition. Je ne vais pas le regretter.





A 5h du matin, je rentre à mon tour, des images plein la tête et plein le capteur.

Le travail de développement peut maintenant commencer. Quelle nuit !

101 vues